Procès de Jack de Belin, les dragons Paul McGregor désignent la star | Road trip

St George Illawarra pourrait être prêt à affronter Jack de Belin dès samedi soir contre Manly s’il remporte un défi devant la Cour fédérale contre son interdiction de la LNR cette semaine.

La cause de De Belin contre la ligue sera de retour devant les tribunaux lundi pour un procès de trois jours, qui déterminera la légalité de la politique sans faute de la LNR.

Le verrou de l’État d’origine de NSW n’est plus épuisé pour les Dragons depuis qu’il a été accusé d’agression sexuelle en décembre, après avoir été empêché de jouer par la ligue pour la durée de son procès.

De Belin a nié avec véhémence l’accusation pénale, après avoir plaidé non coupable.

Le défi de 28 ans contre la ligue est pris indépendamment des Dragons, mais les officiels de St George Illawarra suivront de près les débats.

"Ce que j'espère, c'est qu'il gagne", a déclaré l'entraîneur des Dragons, Paul McGregor.

«Je ne sais pas trop autre chose que vous (journalistes).

«Vais-je choisir Jack s'il a raison physiquement et mentalement? Absolument."

McGregor a déclaré: «Si nous jouons un possible et des probables à l’entraînement lorsque les premiers joueurs jouent au grade de réserve, alors oui, il est prêt."

Il vient avant une semaine chargée pour la serrure, dont l'affaire pénale est de retour mercredi devant le tribunal local de Wollongong, pour être mentionnée. Il n'est pas obligé d'y apparaître.

Les Dragons n'avaient pas encore choisi de Belin dans la pré-saison, ratant un procès contre Newcastle pour cause de maladie, avant de ne pas être nommé pour le Charity Shield pour des raisons de bien-être avant l'annonce de l'interdiction de la LNR.

Cependant, son retour potentiel serait un coup de pouce énorme pour un groupe en pleine reprise, déjà absent, son compatriote du milieu, Korbin Sims, avec un bras cassé.

De Belin lui-même devrait également être présent devant la Cour fédérale lundi, ce qui constituera le premier test significatif des pouvoirs de la ligue par un joueur depuis que Terry Hill a adopté le système de draft en 1991.

Au moment de l’annonce de la politique, Peter Beattie, président de la commission ARL, affirmait que les nouvelles règles donneraient au jeu le pouvoir nécessaire pour régler ses problèmes culturels.

De manière réaliste, le sort du procès de cette semaine pourrait déterminer l’avenir de Beattie dans le jeu, sachant qu’il avait déjà admis que son poste était en jeu après avoir défendu la politique.

Le directeur exécutif de la LNR, Todd Greenberg, et le directeur commercial du jeu, Andrew Abdo, ont déjà remis des déclarations écrites avant l’audience de cette semaine.

Le défi pourrait également avoir des répercussions à la fois sur Manly et Penrith, où Dylan Walker et Tyrone May ont également été bloqués dans le cadre de la même politique sans faute.