Commandes de l'équipe Ferrari, Charles Leclerc, Sebastian Vettel | Randonnée

Les longues lignes droites ont permis à Ferrari de prendre le meilleur sur ses rivaux Mercedes sur le circuit de Shanghai.

Mais une fois que la course a commencé, il était clair que l’écart entre les deux équipes était plus grand que beaucoup ne l’avaient prédit lorsque Lewis Hamilton et Valtteri Bottas se sont échappés pour enregistrer le troisième doublé de suite.

Les choses se sont alors encore aggravées pour Ferrari, confrontée à une situation désastreuse au tout début.

Le jeune Charles Leclerc a devancé Sebastian Vettel au premier virage, mais l’équipe a décidé de s’associer à Vettel, les deux joueurs restant à une seconde près à 10 secondes de la fin.

Les ordres ont été transmis et Leclerc a été contraint de s'écarter et de laisser passer Vettel afin de se préparer à régner dans le duo Mercedes.

La nouvelle n’a pas été bien accueillie par le jeune Français qui a soutenu que le déménagement n’avait aucune incidence sur le retrait de Vettel.

Il a continué d'appliquer le chalumeau à son coéquipier et a veillé à ce que son équipe sache qu'il avait le rythme requis.

"Ferrari est dans un monde de douleur en ce moment, et tout cela est à lui", a déclaré le commentateur de Sky Sports, Martin Brundle.

Le commentateur et le champion du monde de F1 2016, Nico Rosberg, ont souscrit à l’évaluation de Brundle selon laquelle le jeune homme avait été victime de leur attaque par sa propre équipe.

«Ils ont traité Leclerc de manière trop sévère», a déclaré Rosberg.

"Maintenant, ils voient que cela ne fait aucune différence et que c'est injuste pour Charles. Il aura une chance à la fin de la course, peut-être que nous verrons une action à la fin.

"Pour Sebastian, ils ont bien compris, mais pour le pauvre Leclerc, non, espérons mais non, je pense qu’ils se sont trompés.

«Il avait le rythme, il était dans le rythme. Sebastian est passé et n’a pas été plus rapide, ce n’est pas une bonne façon pour lui de terminer la course aujourd’hui. ”

Tout au long de la course, les ordres sont devenus le sujet de discussion le plus en vogue et ont été transmis aux chefs d’équipe une fois que le drapeau à damier est agité.

Ferrari insiste sur le fait qu’ils n’essayaient pas d’empêcher la course de Charles Leclerc en lui ordonnant de laisser passer Sebastian Vettel au GP de Chine.

Le directeur de l’équipe, Mattia Binotto, a déclaré que la Scuderia tentait tout simplement de renverser les deux Mercedes de Hamilton et Bottas.

Leclerc s'est écarté pour Vettel au 11e tour en terminant troisième, mais il a terminé cinquième après avoir été dépassé par Max Verstappen lors des arrêts aux stands.

«Ce n'était pas pour donner un avantage à un pilote. C'est vraiment l'équipe qui essaie ce que nous pouvons », a déclaré Binotto à Sky F1. «C’était une étape précoce mais un moment important de la course.

«Je comprends le sentiment de Charles. C’est dommage pour lui, mais à ce stade de la course, Mercedes était légèrement plus rapide et nous avons simplement essayé de donner à Sebastian la chance de voir s’il pouvait garder le rythme de Mercedes.

«Si Charles est mécontent, il a raison de l'être. Nous devrions l’accepter, c’est une honte pour lui et la prochaine fois, ce sera peut-être à son avantage. "

Vettel était incapable de se séparer de son coéquipier après avoir été laissé filer plusieurs fois. Il a finalement dû se contenter de la troisième place, à près de 14 secondes de la tête.

Leclerc a déclaré qu'il parlerait avec son équipe pour mieux comprendre pourquoi la décision avait été prise.

«J'ai besoin de comprendre la situation dans son ensemble et de voir la situation dans son ensemble pour parler aux ingénieurs et comprendre la décision», a déclaré Leclerc à Sky F1.

«C’est sûr qu’il ya une explication à cette décision et je la comprendrai.

«Je ne sais pas (si l’appel a été passé trop tôt). Je dois regarder les données et parler aux ingénieurs pour comprendre. Je ne veux pas faire de commentaires stupides.

«En tout cas, c’est passé. La course n’a pas été excellente pour moi, mais dans l’ensemble le week-end, je n’ai pas été aussi forte que je le voulais. »

– avec skysports